Yaourts et
spécialités laitières
artisanales Bio

Auguste

Auguste

1. Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je ne m’y étais pas destiné au départ, car, selon la tradition basque, c’est mon frère aîné qui avait repris l’exploitation familiale et les terres. Après son mariage, il a quitté la ferme, et j’ai abandonné ma carrière de menuisier pour prendre sa suite et ne pas démanteler l’exploitation. Je n’ai pas ressenti cela comme une obligation, mais comme un véritable choix. Je voulais vraiment travailler dans l’agriculture. Jusqu’à la crise du lait, j’étais en conventionnel. Puis je suis passé au bio, mais c’est plutôt par idéologie et conviction que par nécessité. Je pense qu’il ne faut pas passer en bio pour trouver une échappatoire au conventionnel. Il faut avoir l’état d’esprit bio, la crise du lait en 2017 n’a été que le déclencheur pour moi. En effet, j’avais déjà des comportements bio auparavant car j’adaptais certaines pratiques pour respecter la terre, l’eau, et les animaux. Au Pays Basque, même si nous n’avons pas de grosses cultures céréalières, nous polluons beaucoup avec nos pratiques. Certains élevages de petite surface deviennent quand même intensifs. Moi, je voulais éviter la course au volume. J’ai réduit le nombre de vaches de mon exploitation pour ne pas à avoir à faire d’achats extérieur mais les nourrir avec ce que je produisais moi-même sur mon exploitation. Je préfère privilégier la qualité à la quantité, considérant qu’il ne faut pas regarder la jauge du tank, mais plutôt se concentrer sur le prix de revient. Je ne veux pas produire toujours plus pour gagner plus, c’est un cercle vicieux. Je ne suis pas un opportuniste. Pour faire un produit de qualité, je pense qu’il faut rester « petit », pour suivre ce qu’on fait de plus près.

Quand j’ai abandonné mon travail de menuisier, on m’a dit qu’il était risqué d’abandonner les revenus fixes du monde salarié pour devenir paysan. Je ne l’ai pas fait pour gagner plus, mais vraiment pour vivre autrement.

2. Racontez-nous votre journée type d’éleveur

Le matin, je me lève à 6h, ensuite je commence les travaux vers 6h20. D’abord, il faut faire les logettes, le couchage des vaches : il faut pailler, ébouser, cela prend environ 20mn. Ensuite je prépare la salle de traite, je l’arrose pour la nettoyer. Avant de traire, j’installe du foin (de la luzerne en été, ou de l’ensilage de maïs issu de la ferme en hiver), pour qu’à la sortie de la traite elles puissent aller s’attacher au cornadis. Il ne faut pas qu’elles se couchent immédiatement après la traite, pour éviter un fort risque de mammite. Des bactéries peuvent entrer dans les mamelles, qui restent ouvertes un moment après la traite.

Après la traite, je bois un petit café. Puis je commence les travaux des champs. L’activité dépend des saisons. En ce moment par exemple, je suis en train de fabriquer des piquets d’acacia pour clôturer mes champs. Je préfère faire les choses moi-même, mais cela implique d’être très polyvalent ! Je continue les travaux des champs l’après-midi, puis vers 17h30 c’est reparti pour la traite, avec les mêmes étapes que le matin. Je termine aux alentours de 20h.

Les journées peuvent avoir l’air longues, mais en comparaison avec le monde salarié, ce n’est pas la même intensité. Le temps de travail ne se ressent pas pareil lorsqu’on est à la ferme. On travaille pour soi, et on n’a pas la pression comme dans une entreprise.

3. Pourquoi avez-vous choisi la laiterie Baskalia ?

Je travaille avec Biolait, qui collecte mon lait pour l’emmener à Baskalia. J’ai adhéré à cette collecte car je trouve intéressant que mon lait puisse alimenter une production juste à côté plutôt que de traverser la France. C’est plus logique et plus écologique. Ça rejoint mon engagement bio, mon engagement pour l’environnement en général.

4. Quel produit Baskalia préférez-vous ?

J’ai gouté un peu à tout, et ce n’est pas parce que le lait vient de chez moi, mais je trouve que les yaourts au lait de vache sont très bons. J’aime aussi beaucoup ceux au lait de brebis, avec les coulis au goût de mûre et de framboise. Leur plus, c’est qu’il n’y a pas du tout de petit lait à l’ouverture, c’est meilleur.

Ces yaourts sont de qualité, et en plus ils sont locaux. Je pense que les consommateurs sont sensibles au fait de consommer de meilleurs produits issus de notre région, c’est un atout pour Baskalia.

5. Un mot pour définir Baskalia ?

Authenticité. On voit que les produits sont artisanaux rien qu’à l’ouverture. Les produits sont vraiment différents de ceux produits par les grandes industries laitières.

Nous contacter